Vous avez très certainement déjà entendu parler de “sur-jeu”. Vous voyez un acteur dans un film ou au théâtre et vous vous dites “il sur-joue”.
Quand un acteur sur-joue, on dit “qu’il en fait des caisses”. Mais c’est quoi exactement “sur-jouer” ?
Et est ce que vous vous êtes déjà dit qu’un acteur pouvait “sous-jouer” ?

Parfois les réalisateurs disent à leurs comédiens “fais en moins”, quand l’acteur projette trop, qu’il veut trop “montrer” la situation. Il est vrai que, suivant les plans (plans serrés ou larges), le moindre battement de cil se verra. Certaines personnes vont carrément jusqu’à dire qu’à la télé, ou au cinéma “il ne faut rien faire” !

Par exemple : prenez une scène dans “le bon, la brute et le truand” (Sergio Leone adorait les plans serrés sur les acteurs). Si vous regardez bien les gros plans sur les personnages, vous verrez qu’ils bougent à peine. Ils ne clignent même pas des yeux ! S’ils bougeaient trop, s’ils “sur-jouaient” on perdrait en intensité.

Mais du coup, la peur du “sur-jeu” peut faire tomber dans le piège du “sous-jeu”. C’est ce qui arrive quand un acteur prend au pied de la lettre la phrase “ne fais rien”. Il voudra tellement ne rien faire, qu’au final on ne verra rien.

A mon avis le problème est ailleurs. La question n’est pas de savoir si sur-jouer c’est mal ou sous-jouer c’est pas terrible. Parce que prenez Clint Eastwood par exemple. On peut pas dire qu’il en fasse des caisses ! Pourtant c’est un excellent acteur. A l’inverse, prenez Louis De Funès, lui il en fait des caisses. Il gesticule, il crie, il danse, il mime … Et pourtant c’est un excellent acteur aussi !

Allez juste pour le plaisir un petit extrait 😉

;

Pourquoi ces deux acteurs au style totalement opposé sont bon ? Y a t il un lien entre eux ? Oui, c’est la SINCERITE. Quand ils jouent une scène, ils sont sincères, ils y croient ! Et c’est ça qui fait toute la différence.
La question n’est pas de savoir si il faut jouer comme ci ou comme ça, cela dépend de la personnalité de chacun. Ce qu’il faut c’est viser la sincérité. Sans sincérité les spectateurs ne seront pas transportés par le personnage, ils n’y croiront pas.
Si l’acteur n’y crois pas, le spectateur non plus.

Termes recherchés:

  • sur jouer
  • Surjouer acteur

    4 replies to "“Sur-jouer” ou “sous-jouer” ?"

    • Binh

      Je crois que c ‘est aussi une question de style. Dans les films comiques les acteurs peuvent davantage se permettent de sur-jouer, tandis que dans un film dramatique il faudra plutôt réduire le jeu. Le sur-jeu a en soi un effet comique. Louis de Funès en France, Jim Carrey aux Etats-Unis sont des bons exemples d’acteurs qui surjouent. Mais ils ne font pas que sur-jouer, leur “sur-jeu” est en fait une caractéristique de leur personnage. Le personnage est sur-expressif mais leur jeu est juste.

      • Jack

        C’est vrai, mais le “sur-jeu” est trop souvent assimilé à un mauvais jeu car beaucoup oublient la sincérité, la justesse. Or cela est parfaitement compatible. Après effectivement, comme je le dis dans l’article, tout dépend de la personnalité de chacun. Steve Carell ou Will Ferrell sont comiques sans pour autant être exubérants. A l’inverse il arrive à Al Pacino ou Nicolas Cage d’être exubérants dans des films dramatiques.

    • Christelle

      Bonjour je voudrais savoir quelque chose, peut on se rendre qu’on sur-joue ou que l’on sous-joue sans même qu’on nous le dise ? Merci d’avance 🙂

      • Jack

        Le moyen le plus simple mais qui est assez violent c’est de se filmer. On se filme et on regarde le résultat sur un écran ensuite.
        Après il y a plusieurs méthodes, mais celle qui fonctionne le mieux pour moi c’est de bien travailler sur la vie intérieure du personnage. Le problème c’est que si on se regarde trop jouer, on risque de ne pas être sincère, alors que la sincérité est essentielle.

Leave a Reply

Your email address will not be published.