Qui dit jeu d’acteur, dit texte. Et qui dit texte à apprendre, dit cadre. Mais comment faire pour trouver de la liberté dans son jeu alors qu’il y a un cadre ?
Sans compter qu’au théâtre il y a une mise en scène à respecter. Et au cinéma c’est encore pire ! Il faut se déplacer jusqu’à certaines marques, ne pas faire certains mouvements pour ne pas faire d’ombre sur son partenaire, faire attention au son … N’y a t il qu’en impro qu’on peut trouver de la liberté ?

Être libre c’est quoi ?

Quand on est libre dans son jeu on ose plus de choses, on se laisse surprendre, on est plus au présent et les émotions viennent plus facilement. On a la sensation que tout coule, tout est fluide. Ce n’est que du ressenti et ça ne passe pas par la case “réflexion”. C’est vraiment un état agréable, grisant même. En étant dans le présent on est dans le ressenti, et donc plus dans le stress. C’est pour ça que tout est plus fluide et que les émotions viennent plus facilement.

Comment faire pour être libre dans son jeu ?

Pour réussir à atteindre ce niveau de jeu, vous devez passer par 3 étapes

1 – Le texte

Vous devez connaître votre texte sur le bout des doigts. Y’a pas de secret à ce niveau là. Si vous ne connaissez pas votre texte sur le bout des doigts vous ne pourrez pas vous libérer parce que vous y penserez constamment, vous aurez peur de ne plus vous en rappeler. Donc pour se libérer de ça il n’y a qu’un seul moyen : connaître son texte sur le bout des doigts.
Certains acteurs (notamment des connus), disent qu’il ne faut “surtout pas apprendre son texte car dans la vie on n’a pas de texte”. Si ça marche pour eux tant mieux mais personnellement et après avoir expérimenter plusieurs techniques, je vous recommande de le savoir parfaitement. De cette manière vous vous sentirez déjà un peu plus libre.

2 – Comprendre le texte et les intentions

Connaître le texte c’est bien, mais savoir ce qu’on dit c’est mieux !
Quand on regarde bien on se rend compte qu’il y a beaucoup d’acteurs qui ne savent pas ce qu’ils racontent. Ils connaissent leur texte, mais il ne connaissent pas la teneur du texte, c’est à dire les intentions, ce dont parle la scène, ce qui se joue.
Vous devez comprendre ce qui est en train de se jouer. Vous devez comprendre le texte que vous jouez.

3 – Connaître le personnage, l’histoire et les enjeux

En suivant les deux premiers points vous vous en sortirez beaucoup mieux et vous vous sentirez plus libre dans votre jeu. C’est indéniable. Vous aurez de très bonnes bases pour vous sentir plus libre sur scène ou sur un plateau.

En ajoutant ce troisième point c’est comme si vous faisiez les derniers réglages. Les enjeux, selon ceux qui sont dans l’histoire ou bien ceux que vous choisirez, vont mettre du peps à votre interprétation. Au plus vos enjeux seront forts, au plus cela se sentira dans votre jeu. Bien connaître votre personnage et son rôle dans l’histoire va vous permettre de réagir comme votre personnage le ferait. C’est à dire réagir de manière adéquate selon le passé immédiat, selon son état d’esprit à tel moment, selon ce qui s’est passé, selon la relation que votre personnage a avec les autres personnages …

Si vous appliquez et travaillez sur ces 3 points, vous verrez que ce que vous ressentirez sur scène ne sera plus pareil et vous prendrez beaucoup plus de plaisir.
Dites moi dans les commentaires ce qui vous freine / stresse / bloque le plus quand vous êtes sur scène.

    33 replies to "Comment trouver la liberté dans son jeu ?"

    • margot

      J’applique ces trois méthodes et pourtant le plus souvent je pense au texte, a la manière dont je le dis etc et c’est vrai que j’aimerais arriver a vivre la scène plus naturellement mais je n’y arrive que très rarement :/

      • Jack

        Deux astuces qui pourront t’aider.
        La première c’est de mieux apprendre ton texte. Si tu penses à ton texte c’est que tu ne le sais pas suffisamment. Tu dois pouvoir le dire sans y penser, en faisant autre chose. Essaye de faire quelque chose qui nécessite de l’attention tout en récitant ton texte. Un chateau de cartes par exemple.
        Deuxième chose, une fois que tu sais vraiment ton texte, essaies de te concentrer sur ton partenaire. Transmet lui vraiment ce que tu lui dis. Concentre toi sur ce qu’il te dit, reçois les images de ce qu’il est en train de te dire. Et prend le temps de recevoir ce qu’il te dit. Qu’est ce que ça te fait qu’il te dise ça ? Quelle émotion ça te procure ?
        Essaye ces 2 exercices, ça devrait t’aider

        • margot

          D’accord merci! La scène que je joue en ce moment est un monologue d’Antigone (son dernier avant sa mort) et la difficulté est qu’elle parle souvent au public puis se parle à elle même sans transition…

          • Jack

            C’est la version de Sophocle ou Anouilh ?

            • margot

              Sophocle

          • Jack

            Il est très rare qu’un personnage s’adresse réellement au public, mais on retrouve ça dans les vaudevilles. Généralement le public “n’existe pas” dans l’histoire. Un personnage peut s’adresser VERS le public, mais pas AU public.
            Dans tous les cas lis bien la pièces plusieurs fois pour en connaitre tous les tenants et aboutissants, et bon courage avec cette magnifique pièce qui n’a pas pris une ride alors qu’elle a près de 2500 ans !!!

            • Erwan

              elle peut s’adresser au public comme à l’Agora!! S’adresser au public comme un organe vivant qu’il est, un partenaire! S’adresser à quelque chose du public, sa conscience, son cœur, son âme, être précis cela aide et canalise de manière positive et forte notre vitalité d’acteur!

            • margot

              Elle parle au peuple de Thèbes en fait ici 🙂 Merci et oui c’est vrai que c’est toujours d’actualité l’injustice, de meme que d’être confronté à la mort etc

            • Jack

              Quand son personnage doit s’adresser à un public (ou le public), il faut le faire avec la même intention et la même sincérité que lorsqu’il s’adresse à une seule personne, bien que cela puisse être déstabilisant au début.
              Comme le dit Erwan il faut en effet “adresser”. Et c’est valable pour le jeu d’acteur en général. C’est à dire qu’il faut plus que parler, mais faire parvenir ce qu’on dit au plus profond des personnes.
              Le thème de la résistance est aussi très actuel et très présent dans cette pièce.

            • margot

              Oui c’est vrai que ça m’aide beaucoup de parler à “l’assemblée” car c’est très vivant 😉 Mais justement j’ai plus de mal les fois où elle sait que le peuple l’écoute et la regarde mais qu’elle se parle à elle même, elle dit des choses plus personnelles qu’elle ressent et c’est difficile de trouver le bon ton.

      • Olivia

        J’ai une astuce pour bien apprendre ton texte: je fais de l’impro mais j’ai du faire une pièce de théâtre pour mon TPE (je suis en première ) Ce que je faisait pour apprendre mon texte, c’est que je m’enregistrait entrain de dire les répliques des autres (en laissant des blancs où je parlais) et je l’écoutais avec mes écouteurs. Je dessinait ou même écrivait et je disait mes répliques en même temps, c’est bien car ça te permet en plus de réviser toute seule quand tu n’as personne pour lire les répliques des autres. Dîtes moi ce que vous en pensez, si cette méthode est vraiment bien ou pas. Car je la trouve sympathique.

        • Jack

          Oui c’est une méthode qui est utilisée par certains acteurs et qui peut être efficace pour apprendre son texte.
          Ce à quoi il faut faire attention avec ça c’est de ne pas s’enfermer dans une seule manière de “dire” le texte. Parce que, quand on joue, le texte sortira d’une manière différente suivant la manière dont on va le recevoir. Donc si on le reçoit tout le temps de la même manière, on aura plus de chances de le dire de la même façon. Après il existe plusieurs méthodes pour éviter ça.
          Mais pour en revenir à la méthode que tu utilise, si elle marche bien pour toi, alors continue de l’utiliser.

          • Olivia

            Merci, c’est bien vrai!

        • Exactement! il y a même plusieurs applications pour comédiens aujourd’hui sur l’Apple Store faites pour ça 😉 “Rehearser” et autres… vous pouvez scanner votre texte, enregistrer les répliques en le surlignant et le revoir de cette manière, c’est assez bien fait.

          • Jack

            Bonne idée Octave. Tu as des recommandations d’appli ?

            • Hello Jack !

              Scene Partner fonctionne bien je crois, je n’en utilise pas moi-même personnellement je préfère écrire sur du papier 😉 et me le réciter après en faisant des activités physiques.

              Es-tu l’auteur de ce site ou juste un lecteur très assidu ?

            • N’hésite pas à me contacter via mon site internet si tu es intéressé par du Guest Blogging ou Cross Promotion sur différentes plateformes

    • Hind

      Merci pour vos conseils moi ma méthode ce rapproche de la votre j’apprends mon texte j’essaye de comprendre et avec l’intonation puis selon le texte je me crée un personnage virtuel et imaginaire. Le personnage que je vais représenter. Je m’exerce et lorsque je suis sur scène je fais vivre Le personnage et je vis l’instant présent.

      • Jack

        Très bien.
        Cependant attention à ne pas trop répéter de la même façon de manière à ne pas t’enfermer dans une “musicalité”, c’est à dire une seule façon de dire le texte. N’hésites pas à varier les intentions afin de trouver de nouvelles choses.

    • Bourdon

      Moi c’est plutôt la vraie méthode d’apprentissage efficace
      et rapide du texte que je voudrais maitriser.
      Si des indices faites le moi savoir…

      Artistiquement votre

      • Jack

        Pour commencer transforme tout ce que tu dis en images de manière à te faire une sorte de film de ton texte. De cette manière ce sera beaucoup plus facile à t’en rappeler.

    • cc

      Comment évacuer le trac avant de monter sur scène “quand on pas le temps de s’échauffer ou de faire des exo de respirations ?

      artistiquement,

      • Jack

        Le mieux c’est évidemment de prendre le temps de s’échauffer et se relaxer avant d’aller sur scène. Il faut aussi distinguer le bon et le mauvais trac. Avoir le trac n’est pas une mauvaise chose en soi. C’est juste un réflexe naturel hérité de nos ancêtres. A la base c’était pour nous aider à survivre. Aujourd’hui on n’a plus à se défendre contre des bêtes féroces mais on a toujours cette peur qui peut paralyser.
        Il ne faut pas essayer de combattre cette peur mais plutôt s’en servir. La peur est une énergie, et on a besoin d’énergie. D’autant qu’une fois sur scène, cette peur diminue très fortement.
        Le tout c’est de bien se préparer. Préparer son personnage, comprendre l’histoire, les enjeux, très bien connaître son texte et jouer au présent. Avec cette base là le trac ne te mettra plus de bâtons dans les roues.

        • Exactement ! comme le dit le très grand Yoshi Oida, il faut savoir “transformer le trac en excitation de jouer” 😉

          C’est toujours une énergie, il faut la transmuter d’une manière ou d’une autre. Si l’on a pas de trac du tout et public, ou d’excitation particulière, en général on est réprimé ou apathique, et c’est encore moins intéressant à regarder…

          Mais oui relaxation peut aider, respiration etc, si le trac est trop fort et paralysant, de façon générale c’est aussi l’expérience de la scène, la pratique, qui désensibilisera l’acteur à cet exercice. Après on devient reconnaissant pour ce trac et cette énergie qui nous vient naturellement, en essayant justement de ne pas la perdre !

    • Zeidler Lionel

      Merci à “deveniracteur.fr” pour cet article.

      Apprendre son texte, l’oublier…. Puis se dire son texte avant de s’endormir. Dire son texte avant même de se lever de son lit. Puis dire son texte en faisant le café ou le thé, dire son texte en tartinant sa confiture puis dire son texte en faisant la vaisselle. (si on se trompe, on peut regarder son texte… pas trop souvent) Dire son texte en prennant les transports (à pied, vélo, tram, métro).
      L’avoir sur soi pour voir où on se trompe… Ou pas.

      Le regarder, le garder… Près de son lit surtout. Pour s’endormir avec.

      Dire son texte dans sa tête quand un connard vous parle et dire: “pardon, je pensais à autre chose.”

      Dire son texte avant de s’endormir (au moins on l’a à côté de soi si on l’a oublié le matin.)

      REFAIRE AU MOINS TROIS JOURS LA MEME CHOSE… AU MOINS TROIS NUITS…

      Après on est un peu libre et on peut un peu JOUER.

      Sinon, l’impro c’est génial:( “je suis génial)… Ou la figuration… Ou des cours privés hors de prix… Ou la téléréalité… Ou des rêves jamais mis en Réalité!

      Merci pour cet article.

      • Jack

        Merci de partager ta technique.
        J’aime beaucoup ton “dire son texte dans sa tête quand un connard vous parle” 😉

        • Olivia

          oui c’est pas mal du tout, et je trouve que tu écris très bien d’ailleurs

    • Amandine

      Je voudrais bien devenir comédienne mais je ne sais pas où y aller et comment faire.??
      J’écrit des textes depuis que j’ai 9 ans, je suis bercée dans la musique, le théâtre.
      Chaque jours je m’entraine dans l’ombre.
      Ce côté artistique me plaît.

      • Jack

        Commence par prendre des cours de théâtre. C’est vraiment la première étape.
        Lis et applique les conseils que je donne dans cet article aussi : 9 étapes pour devenir acteur

    • Manon

      je sais que souvent les acteurs qui jouent souvent devant un publics ou une caméra, ils n’ont plus le trac ou meme de stress. Est ce vrai ?

      • Jack

        Le trac ne disparaît jamais totalement.
        Il y a une anecdote connue sur Sarah Bernhardt. Une jeune actrice est venue lui dire qu’elle n’avait jamais le trac. Sarah Bernhardt lui a répondu “Ça vient avec le talent”

    • Hind

      Bonjour, je vous ai envoyer un email jsp si vous l’avez vu Mais j’espère que vous me repondre chere auteur de “devenir acteur”

    • Merci pour cet article !

      Je suis tout à fait d’accord avec la première étape en particulier, qui peut paraître évidente mais que les acteurs sous-estiment. Comme disait Meisner “il faut savoir son texte comme on connaît son prénom”, de façon organique, pour en être pleinement libéré, et pouvoir porter toute son attention sur son partenaire à chaque instant, sans anticiper.

      Très peu d’acteurs ont cette ambition pour l’apprentissage du texte, alors qu’il faut beaucoup moins de travail pour apprendre un texte “parfaitement” une fois qu’on le connaît à peu près, qu’il n’en faut pour le connaître “à peu près” lorsqu’on ne le connait pas encore… En d’autres mots, c’est très rentable !

Leave a Reply

Your email address will not be published.